Rechercher

Copywriting: exemple d'un crime de lèse-majesté.

Portée par le succès retentissant de la campagne Real Beauty, la marque Dove a sorti en 2017 des flacons dont les formes étaient censées représenter la diversité des corps féminins.


Une idée originale que le public n'a pas su interprété.


Fallait-il comprendre par là que les petites bouteilles étaient pour les femmes de petites tailles ?


Les grandes minces pour les corps longilignes ?


Ou le contraire ?


Ou fallait-il agripper une forme au hasard et en être fière ?


Personne n'a compris. Et personne n'aime ce qu'il ne comprend pas.


Heureusement, l'agence Ogilvy, responsable de ce faux pas, a rapidement rectifié le tir en suggérant à Dove de retirer les flacons de la vente et en publiant un mot d'excuses.


La créativité, c'est génial, mais ça vient après la simplicité et la clarté.


Autre exemple, celui de Neville Medhora.


Neville Medhora est un copywriter américain qui a sorti un livre pour apprendre à mieux écrire.


Juste avant sa publication, il a demandé à ses abonnés à sa liste mail lequel des deux titres ils préféraient.



A gauche, une couverture de livre peu banale et le titre suivant: les 10 commandements du copywriting.


A droite, une couverture toute simple avec un titre très clair: ce livre va vous apprendre à mieux écrire.


Résultat des courses ? La version de droite a remporté le duel haut la main (79% des voix, contre 21% pour la version de gauche, sur 842 participants).


Bref, la créativité, oui, mais jamais aux dépens de la clarté et de la simplicité.

Rejoignez Encre canaille, la seule newsletter qui vous apprend à écrire des textes qui ont une voix.