top of page
Rechercher

A la découverte de David Abbott - copywriter légendaire dont personne ne parle.

"Les confessions sont bonnes pour l’âme, pour la publicité aussi."


J’ai commencé à écrire cet article un 17 mai. Un tour sur Wikipedia à la recherche des moments-clés de la vie de David Abbott m’a appris que c’est aussi à cette date, 7 ans plus tôt, que son coeur généreux s’est arrêté de battre.


Je ne le savais pas. Tout comme je ne sais jamais comment interpréter ces hasards du quotidien.


Simples coïncidences, signes du destin ou clins d’oeil malicieux qui se suffisent à eux-mêmes, comme quand on fait une farce à un ami quand on s’ennuie ?


Prenons-le comme un cadeau d’inspiration à attraper au vol, sans se poser de question.


Mesdames et Messieurs... David Abbott.


David Abbott a créé certaines des meilleures publicités du siècle passé pour des géants comme Volkswagen, Ikea, Chivas Regal, The Economist ou encore Volvo.


Ses campagnes sont à la fois simples et touchantes, toujours créatives. Elles sont plus faciles à lire qu’à ignorer.


Imaginez appuyer sur la nouvelle vidéo de votre youtubeur favori et finir par préférer la publicité qui la précède (et qui normalement vous irrite tant).


C’est l’effet d’une pub signée Abbott.


Sans coeur, nous ne serions que des machines.


Faut dire que le copywriter british avait cette capacité unique, à l’image d’Ernest Hemingway, de faire débuter un texte là où naissait une émotion.


Ses détracteurs se moquaient de lui quelques fois. Ils le traitaient de sentimental et qualifiaient ses créations de pubs à l’eau de rose, fleurs bleues, etc.


En réalité, David Abbott était doté de quelque chose qui manque à la majorité des marketeurs: l’empathie.


David Abbott: une plume qui à la bougeotte.


Le jeune Abbott abandonne les bancs de l’université pour s’occuper de son père mourant, atteint d’un cancer avancé.


Après cette sombre période, il doit trouver rapidement un travail pour subvenir à ses besoins.


Il dégote un job de publicitaire chez Kodak, à Londres. Puis il passe chez Mather and Crowther en 1961. Il y apprend les rudiments du copywriting aux côtés de Francis Ogilvy, frère de David Ogilvy.


2 ans plus tard, il traverse l’Atlantique pour rejoindre l’agence Doyle Dane Bernbach.


En tant que protégé de Bill, il participe à certaines campagnes légendaires de l’histoire de VW.


Il quitte l’agence en 1971 pour fonder la French Gold Abbott à Londres.


Destination: la Creative Hall of Fame.


Mais c’est en 1977 qu’il crée l’alliance Abbott Mead Vickers, une agence de pub qui existe encore aujourd’hui et qui lui permettra de collaborer avec de grosses marques.


Jusqu’à la fin du siècle, il enchaîne les pubs de génie et raffle pas mal de prix. Ce qui lui permet de rejoindre son compatriote David Ogilvy dans le One Club Creative Hall of Fame.


De concepteur à romancier, un rédacteur ne prend jamais sa retraite.


Bukowski disait que lorsqu’un écrivain n’écrit plus, il n’arrête pas seulement d’écrire, il meurt.


Abbott n’aurait pas dit mieux et travaille sur son 1er roman qu’il publie en 2010: The Upright Piano Player.


Il décède des suites d’une intervention chirurgicale au coeur à l’âge de 75 ans, le 17 mai 2014.


Il préparait son prochain roman. Comme quoi, il arrive aussi qu’on meurt en écrivant.



3 pubs légendaires (et traduites en français) signées David Abbott.



J’ai toujours détesté quand un marketeur présente une pub en langue anglaise et qu’il ne se donne pas la peine de la traduire.


Pour la 1re fois, découvrez donc les meilleures pubs de David Abbott traduites en français.


Comme pour les autres lettres - celles d’Hathaway Shirt, de Guinness ou de Rolls Royce par David Ogilvy (ou encore le script de PooPourri) - la traduction est de moi.


Autrement dit, d’un mec dont l’anglais flirte avec celui de Jean-Pierre Raffarin mais qui a la détermination de Dwight Schrute dans The Office.


Chivas Regal et la fête des pères.


La 1re est l’exemple parfait d’un texte qui part d’une émotion pour arriver à un produit.


Les 9/10e du texte ne parlent à aucun moment du produit - une bouteille de Chivas Regal. Le dernier 10e le mentionne rapidement, sans s’embarrasser d’aucun détail.


Mieux: le texte n’a ni intro, ni conclusion, ni titre, ni rien.


Il a quelque chose d’immédiat mais aussi de soigné, comme une maison d’architecte contemporaine dont les murs seraient en béton brut.


Le produit est pris ici comme un moyen et non une fin. Et le bénéfice ne découle pas des caractéristiques (un whisky 10 ans qui d’âge qui donnerait un goût profond au liquide trouble par exemple), mais de la signification qu’il contribue à donner à un événement, ici la fête des pères.


C’est la plume d’un coeur mis à nu.



Parce que je te connais depuis toujours.


Parce qu'un jour un vélo Rudge rouge a fait de moi le garçon le plus heureux du village.


Parce que tu m'as laissé jouer au cricket sur la pelouse.


Parce que tu avais l'habitude de danser dans la cuisine.


Parce qu’il y avait toujours mon nom sur ton carnet de chèques.


Parce que notre maison était toujours pleine de livres et de rires.


Parce que tu as sacrifié d'innombrables samedis matins pour regarder un petit garçon jouer au rugby.


Parce que tu n’as jamais nourri d’attentes impossibles envers moi et tu ne m’as jamais non plus laissé tomber.


Parce que tu as passé toutes les nuits à travailler à ton bureau pendant que je dormais dans mon lit.


Parce que tu ne m'as jamais embêté en parlant de choses futiles.


Parce que je sais qu'il y a une coupure de journal dans ton portefeuille avec