3 types de phrases d'accroche qui captent l'attention.

Sans une bonne accroche, le lecteur décroche.


1 750 000 articles de blog sont publiés chaque jour sur le net.


300 heures de vidéo sont partagées sur YouTube chaque minute.


300 milliards d'emails sont envoyés toutes les 24 heures dans le monde.


Comment se démarquer à l’ère de (la saturation de) l’information ?


Il ne suffit plus d'attirer l'attention avec un bon titre. Ce n'est que le début de la bataille. C'est ce qui la rend possible. Un arbre qui tombe dans la forêt ne fait pas de bruit si personne ne l'entend.


Il faut ensuite, et surtout, transformer l'attention en intérêt. C'est le rôle d'une accroche.


L'accroche est la partie la plus importante d'un texte.


Que ce soit pour un article de blog, un email ou une page de vente, l'accroche est la partie la plus importante d'un texte.


Sans une bonne accroche, vous obtiendrez, au mieux, un clic sur votre article, puis un autre sur la petite croix en haut à droite de votre fenêtre.


Tous les clics ne sont pas bons.


L'art de l'accroche.


Vous connaissez mon amour pour les 1res phrases. J'admire les auteurs de romans qui parviennent à nous plonger dans un texte de plus de 300 pages rien qu'avec une phrase savamment formulée.


Et je déteste Netflix parce qu'ils ne soignent pas l'accroche de leurs films et leurs séries.


Concrètement, comment créer des hooks aussi irrésistibles que l'appel d'une assiette de pâtes en rentrant de soirée ?


1. Le chiffre choc.


Tout est dans le nom. Trouvez des statistiques intéressantes sur le sujet traité. Sélectionnez les plus surprenantes.


C'est ce que j'ai fait en introduction de cet article.


Pourquoi ça marche ?


Parce qu'une tendance chiffrée nous pousse à prendre de la distance par rapport à notre situation ou nos actions.


C'est la preuve objective que le problème nous concerne.




Mince, et moi qui pensais être à l'abri des voleurs parce qu'il y a toujours quelqu'un de présent à la maison. Faudrait peut-être que j'investisse dans un kit de vidéosurveillance. Tiens... le leur n'a pas l'air mauvais !


2. La prédiction.


J'aurais pu débuter l'article en disant que, dans 5 ans, notre attention vaudra plus que l'or et le pétrole réunis. Et que celui qui maîtrisera l'art de la persuasion maîtrisera son marché.


Une prédiction consiste à annoncer à l'avance un événement. Elle peut être le fruit d'une étude statistique ou tirée de votre expertise ou encore de votre expérience de vie.


Nombre de lettres de vente légendaires utilisent cette approche.


Des exemples ? The End of America de Mike Palmer, Read This or Die de Jim Rutz et, dans une certaine mesure, la pub Volvo de David Abbott.


L'idée c'est de créer une tension.


Pourquoi ça marche ?


Pour deux raisons. Soit parce que ça crée une dissonance cognitive chez le lecteur. L'image qu'il a du futur ne correspond pas à celle de l'auteur et il veut en connaître les raisons.


Soit, au contraire, parce que ça conforte ses préjugés. La société va mal, l'économie va mal, tout va mal. Il le savait, il avait juste besoin que quelqu'un le lui explique avec des mots clairs et justes. Et que ce quelqu'un lui propose une nouvelle opportunité: l'offre finale.


3. Le storytelling.


Les histoires font vendre. Tous les marketeurs le disent (même s'ils ne montrent jamais comment faire). Les romanciers le prouvent.


Martin Eden est un livre plus inspirant que le mode d'emploi de la bibliothèque Billy d'Ikea.


Mais pourquoi ça marche ?


Parce qu'on est tous un peu paumé dans la vie. Les pauvres et les riches, les perdants et les gagnants, les marketeurs (surtout les marketeurs), les docteurs, les écrivains et les pharmaciens.


Peu importe notre statut social.


Au final, on ne sait pas trop ce qu'on fout sur cette planète.


Une histoire nous montre comment un personnage humain (ou humanisé) navigue à travers ce monde qui nous semble si étrange.


C'est ce qu'avait compris le plus célèbre des copywriters oubliés, Martin Conroy, quand il a rédigé la lettre de vente qui a rapporté 2 milliards de $ au Wall Street Journal.


Bref, sans une bonne accroche, le lecteur décroche.


Loris.

Copywriting français.

Ecrivez comme Bukowski, vendez comme Ogilvy en rejoignant la lettre - des billets sur l'écriture, le marketing et la vente déposés avec amour dans votre boîte mail.