Ce qu’a fait cet agronome pour « forcer » les Français à manger des patates est génial.



Au 18ème siècle, la pomme de terre a envahi tout le Vieux-Continent, à l’exception de la France. Ses habitants la considèrent tout juste bonne pour nourrir les cochons.


200 ans plus tard, c’est légume le plus consommé par les Français (65 kg par personne par an).


A l’origine de cette transformation : un coup de génie marketing d’un monsieur appelé Antoine Augustin Parmentier. Enquête.


Des prisons prussiennes aux dîners de gala.


Pharmacien militaire français, Antoine Augustin Parmentier est fait prisonnier par les Prussiens à plusieurs reprises.


Captif, son régime se résume à de l’eau et des patates, un aliment que ses compatriotes considèrent encore comme dégoûtant au mieux, vecteur de lèpre au pire.


Constatant sa forme physique intacte, il prône à sa libération la culture de pommes de terre comme solution contre la famine. Seul problème : il faut convaincre les gens d’en manger.


Durant les mois qui suivent, Parmentier organise des dîners à base de pommes de terre conviant tout le gratin intellectuel, politique et royal de l'époque.


Ces multiples tentatives d’anoblissement du tubercule restent toutes lettres mortes. Jusqu’à ce qu’une idée géniale lui vienne à l’esprit…


Des champs de patates protégés mais pas trop.


Le roi lui ayant fait offrande de quelques hectares pour cultiver ses propres pommes de terre, Parmentier décide d’y placer la nuit des soldats pour surveiller les récoltes.


Il leur donne un ordre étrange : « Gardez un œil attentif, mais fermez-le quelques fois dans la nuit. »


Le but n’est pas de protéger ses légumes mais de donner l'illusion qu'ils sont difficiles d'accès et donc prisés. Et de laisser quelques voleurs partir avec leur butin pour goûter au fruit défendu et prêcher la bonne parole.


Tout d’un coup, tous les Français veulent des patates. Mission accomplie.


3 leçons marketing de Parmentier et de la patate


1. Les gens désirent l’inaccessible.

2. Une bonne pub se fait de la pub toute seule.

3. Un message persuasif prend en compte le niveau de conscience de son audience.


Bref, tout est copywriting et le copywriting est dans tout.


Loris « Mr. Patate » Colantuono

Copywriting Français


P.S. : depuis quelques décennies, la consommation de la patate baisse régulièrement. Elle est sauvée par celle des frites, qui augmente chaque année.


Est-ce parce que les gens la préfèrent bien huilée ? Ou parce que le fast-food a ce délicieux goût d’interdit ?

Recevez les histoires les plus dingues du marketing et des anecdotes croustillantes de ma vie de copywriter en rejoignant La Lettre du Copywriter (cadeau de bienvenue: la formule d'une Grande Idée Marketing pour rendre votre offre unique)