Rechercher

Acheter des objets à 1$ et les revendre à 200 grâce à l'écriture.



Je voulais écrire grâce au copywriting mais il n'y avait aucun copywriter dans le lot et c'est ce qui fait toute la beauté de la chose.


Je m'explique.


En 2009, Rob Walker - alors journaliste au New York Times et auteur best-seller - réalise l'expérience la plus incroyable, mais aussi la moins connue, en marketing.


En France, personne n'en avait entendu parlé, jusqu'à ce que je l'utilise pour écrire l'introduction de cette page de vente.


En gros...


Rob Walker achète 200 objets sans aucune valeur sur eBay. Il dépense en moyenne 1,36$ par objet. Il contacte tout autant de professionnels de la plume: des poètes, romanciers, scénaristes, etc. Il leur demande d'écrire chacun un texte sur un produit, racontant l'histoire de ce dernier.


Ensuite, il remet chaque objet sur eBay. Et encaisse, en moyenne et à la vitesse de l'éclair, 40$ par objet, soit une augmentation de 2 900%.


L'expérience est racontée dans le recueil Significant Objects, qui compile les meilleurs récits (ou fiches produits).


Voici les 3 textes (traduits par Deepl) ayant rapporté le plus à Rob Walker (le dernier est juste hallucinant).


1. Figurine amérindienne, achetée à 99 centimes et revendue à 157,50$.


Imaginez être tellement bon en écriture que lorsque vous rédigez un texte de vente pour la pire des babioles - genre celle ci-dessous - les gens sont prêts à l'acheter à un prix 157x plus élevé que celui de la concurrence.


Auteur: R.K. Scher.


Les visiteurs ne manquent jamais de poser des questions sur ma squaw. C'est ainsi que j'aime l'appeler, bien que l'un de ces visiteurs, un jeune critique d'art sérieux, ait essayé de me faire comprendre que le terme était incorrect. Aussi petite qu'elle soit, la squaw demande de l'attention. Ses couleurs sont les seules de tout mon atelier. Je suis un minimaliste, après tout... ou, comme le dit mon marchand d'art, un néo-minimaliste.


J'aime raconter l'histoire de ma rencontre avec la squaw, mais les collectionneurs d'art m'interrompent pour me demander constamment son prix. L'histoire qui suit, cela faisait longtemps que je ne la racontais plus.


Peu de temps après que je n'ai pas obtenu mon diplôme de fin d'études secondaires, un groupe de vieilles maisons en ruine jouxtant notre propriété a été voué à la démolition. Exactement onze acres de vieux arbres, deux maisons de style espagnol et trois cottages allaient être rasés pour faire place à un nouveau développement de banlieue. Cela allait durer tout l'été et je développai un plan pour arrêter ce massacre.


Mes idées ont évolué avec le temps et sont devenues moins ambitieuses lorsque mes parents m'ont obligé à trouver un emploi. C'est alors que j'ai abandonné mes projets de piéger les maisons et de créer un champ de mines artisanal.


Au lieu de cela, chaque soir, je prenais des photos de ce qui était encore là après une journée de destruction et de l'espace de ce qui ne l'était pas. J'ai fait un plan détaillé de toute la propriété au crayon et j'ai effacé chaque jour ce qui avait été démoli et emporté. J'ai passé beaucoup de temps à m'asseoir sur des troncs coupés, à caresser mon vieux chien et à observer ce qui se passait lorsque d'anciens systèmes de racines étaient extraits du sol.


Un jour, j'ai réalisé que je devais décider ce que je devais faire des choses qui apparaissaient au lieu de disparaître. Le plan de la carte devait se terminer par une page blanche. Je n'avais pas pensé aux choses qui sont secouées hors d'une maison vide lorsqu'elle est détruite : les objets tombés à travers les planches ou simplement laissés derrière. Il y avait de la vaisselle cassée, des livres détrempés, une roue de vélo, un frisbee, un porte-monnaie vide... et la squaw.


Le truc avec la squaw, c'est qu'elle changeait de place. La première fois que je l'ai vue et photographiée, elle était à moitié enfoncée dans la terre. La photo suivante la montre allongée sur des feuilles mortes. Puis elle a disparu pendant trois jours. Le quatrième jour, je l'ai trouvée à 50 mètres de là. Cette fois, j'ai reporté l'emplacement sur ma carte, au stylo bille. Cela a duré des semaines, un vieux souvenir se baladant dans un paysage de plus en plus vide, suivi par mon stylo à bille.


À ce stade de l'histoire, on me demandait souvent : "Qui était-ce ? Avez-vous jamais découvert qui - ou quoi - faisait bouger cette chose ? La réponse est : "Non, je n'ai jamais essayé". Le jour où ses déplacements suivaient toujours le même schéma, j'ai pu la récupérer et la ramener chez moi.


2. Figurine russe, achetée à 3$ et revendue à 193,50$.


Qui pourrait bien dépenser près de 200$ pour une figurine digne du plus kitsch des magasins de souvenirs ?


Quelqu'un qui lit son histoire.


La différence entre un objet qui n'a aucune valeur et un objet qui en a, c'est l'histoire, le récit, la biographie.


Auteur: Doug Dorst.




Figurine de Saint Vralkomir (couvercle en verre non inclus)


Il s'agit d'une figurine de Saint Vralkomir de Dnobst du XIVe siècle, le saint patron des danses rapides. Fabriquée à la main dans un couvent enneigé par les sœurs de l'Ordre de Vralkomir, elle a été offerte à ma grand-mère - alors âgée de neuf ans - alors qu'elle montait à bord du bateau qui l'emmenait en Amérique depuis Dnobst, une étroite bande de terre délimitée par la rivière Dnobst, les montagnes Grkgåt et la grande barrière occidentale du comte Pyør le Litigieux.


Vralkomir était un cordonnier compétent, mais il était brusque et taciturne, ne conversant que dans la mesure où les affaires l'exigeaient. Ses concitoyens le trouvaient étrange, et l'évitaient dans la mesure du possible. Certains disaient que son immense chapeau noir de jais, qu'il avait tricoté avec ses propres cheveux, donnait le vertige à ceux qui le fixaient trop longtemps. Nombreux sont ceux qui sont gênés par son incessant bourdonnement.


A l'automne 1347, en réponse à un affront perçu comme tel de la part d'une jeune fille de Dnobst, le Tsar Nÿrdrag l'Irascible (également connu sous le nom de "Tsar Vacher", un enfant trouvé que le Tsar et la Tsarine précédents avaient élevé sans le savoir), récemment intronisé, publia un édit interdisant le feu à Dnobst. Ses armées ont confisqué tous les morceaux de silex et tout le bois d'allumage disponible. Quand l'hiver est arrivé, il a été aussi cruel que Nÿrdrag lui-même. Des rafales glaciales ont fait rouler d'énormes musk-elk hors de la forêt comme des herbes folles. Il a neigé pendant des semaines. Désespérés et gelés, les habitants (à l'exception de Vralkomir) se sont réfugiés dans la maison du maire, qui au moins avait encore un toit. La température ne cessait de chuter. La mort rôdait, et ils ne pouvaient rien faire d'autre qu'attendre qu'elle vienne à leur rencontre.


Depuis une haute fenêtre, quelqu'un a vu Vralkomir sortir de sa boutique, jeter un coup d'œil sur la place du village vide, puis s'enfoncer dans la forêt. Il est revenu en portant un arbre fraîchement coupé. Sur la place, il a scié le bois en disques comme celui que vous voyez sur la figurine. Vralkomir a sauté sur l'un des disques et s'est mis à danser, danser, danser au son de la musique inaudible dans sa tête. Il dansait de plus en plus vite. Les villageois le regardaient tourner, tourner et taper du pied, ses jambes et ses pieds étaient flous dans la pénombre subarctique. Un panache de fumée s'éleva sous ses pieds, et il continua à danser, puis il y eut encore plus de fumée, et il continua à danser, et bientôt le disque de bois fut en flammes. Vralkomir sauta sur le disque suivant et l'enflamma, puis sur le suivant, puis sur le suivant, et les Dnobstiens sortirent et se rassemblèrent autour des feux, profitant de la précieuse chaleur, heureux d'être en vie. L'homme barbu a dansé tout l'hiver, dit-on, car personne d'autre dans le village ne pouvait reproduire son exploit d'allumage terpsichorien, et il est mort d'épuisement à la mi-avril, martyr bien-aimé. Certains disent qu'il avait cousu des silex de contrebande dans ses semelles ; d'autres prétendent qu'il a allumé le feu uniquement avec la danse. Ma grand-mère préférait cette dernière version, et moi aussi.


Ma grand-mère disait que lors des nuits d'hiver glaciales et sans lune, les effigies de saint Vralkomir pouvaient s'animer et se mettre à danser en lançant des étincelles depuis leur socle en bois. C'est pourquoi elle gardait toujours la figurine sous un couvercle en verre (qui suivait élégamment les contours de l'imposant chapeau du saint). Malheureusement, je suis maladroit et j'ai cassé le verre le week-end dernier en faisant la poussière. Ma femme insiste maintenant pour que je le vende, le qualifiant de "au mieux, un bibelot de mauvais goût qui ramasse la poussière, et au pire, un risque d'incendie de mauvais goût qui ramasse la poussière". On ne peut pas la raisonner ; elle descend d'un peuple sans imagination qui ne connaît pas les héros.


J'espère que quelqu'un donnera à St. Vralkomir la maison qu'il mérite. La figurine ne représente probablement pas un danger d'incendie, bien que, pour des raisons évidentes, je ne peux pas le garantir expressément.


3. Presse-papiers en forme de globe, acheté à 1,49$ et revendu à 197,50$.


Et voici le grand gagnant: un presse-papiers en forme de globe. Le texte suivant relève du génie parce qu'il ne tente même pas de présenter ou de vendre l'objet. Il devient le produit.


L'auteure est une femme qui vient de rompre avec son copain. Elle raconte son désespoir à Susan, son amie, et lui confie ce presse-papiers, symbole heureux de sa relation passée qu'elle ne parvient pas à jeter, en attendant d'aller mieux.


Pourquoi Susan a-t-elle mis aux enchères cet objet ? Qui est cette femme qui a rompu avec Oscar et Joseph ? Peut-on lui rendre son presse-papiers ? Se porte-t-elle mieux aujourd'hui ?


Auteur: Debbie Millman.









Chère Susan,


Les nouvelles sont mauvaise. Vraiment, vraiment, vraiment mauvaises.


Aujourd'hui, Oscar et moi avons rompu. Un peu plus de huit ( !) mois ensemble - et exactement deux mois depuis que mon mari, Joseph, et moi avons décidé de nous séparer.


J'avais placé tant d'espoir dans ces deux relations !


Alors aujourd'hui, je pleure la perte des deux - et je réalise d'une certaine manière que je ne pouvais avoir ni l'un ni l'autre pour vraiment avancer dans ma vie !


Ce qui me manquera le plus chez Oscar, ce sont trois choses : la compagnie - il aidait à combler le vide quand tu es partie ; le sexe - parce que la plupart du temps c'était très bien - et je pense que le plus important, ce sont nos voyages ! Nous nous sommes tellement amusés !


Penses-y : Detroit ! Pittsburgh ! St. Paul ! Istanbul ! Nice !


Et bien sûr, à chaque endroit, nous avons acheté ces objets ridicules et idiots, souvenirs sentimentaux de nos escapades. Après aujourd'hui, ils auront tous disparu. Ou presque. J'y reviens plus tard.


Ce qui ne me manquera pas, mais alors pas du tout du tout du tout, c'est le fait que j'aimais un homme qui vivait avec une autre femme dont il disait ne pas être amoureux - et qu'il ne respectait certainement pas - mais qu'il ne semblait pas pouvoir quitter !


Comment ai-je pu faire ça, Susan, comment ? N'avions-nous pas l'habitude de mépriser les femmes qui faisaient ça ? N'est-ce pas ?


J'ai lutté pendant une grande partie de la relation - et ce matin, j'étais tellement épuisée que j'y ai mis fin.


Sa pathologie, avec sa mère, avec sa petite amie, avec son ambition et son ambiguïté, avec son travail, avec sa dépression, c'était devenu trop dur à supporter. Je voulais tellement qu'il me sauve de ma relation avec Joseph, mais je sais maintenant qu'il ne peut pas le faire. Mais le sexe et les voyages vont vraiment me manquer.


Il m'a dit tellement de fois que j'étais sa femme idéale - qu'il ne me laisserait jamais le quitter - qu'il me poursuivrait, poursuivrait, poursuivrait, que lorsqu'il a accepté et que nous avons réellement rompu, j'ai été stupéfaite. Comment pouvait-il ne plus m'aimer ? Comment ?


J'ai l'impression d'être la créature la moins aimable de l'univers - que je ne suis vraiment digne de personne. C'est assez fou. Ajoute à cela que mon ex-mari m'a remplacée par une tarte qu'il a volée à son copain de la salle de rédaction - et le peu d'amour-propre que je leur avais emprunté à tous les deux a complètement disparu.


Mon analyste est heureuse que nous ayons rompu - au lieu de s'amuser avec l'autre pendant encore six mois, comme elle l'a dit. Bien que je soupçonne secrètement qu'elle en avait assez de passer autant de temps à parler de "Oscar ceci", "Oscar cela", etc, etc !


Donc maintenant, mes deux relations sont terminées. J'ai tellement peur de ne plus jamais rencontrer personne - que les gens soient capables de voir à travers moi et de savoir à quel point je suis désespérée, seule et triste. Mais peut-être que cette période sans Oscar et Joseph me permettra de travailler sur les raisons pour lesquelles j'ai toujours eu besoin d'un homme pour remplir ma vie.


C'est donc avec cet espoir en tête que je t'offre l'un des plus beaux cadeaux d'Oscar, à conserver précieusement. Il était censé représenter notre passé, notre présent et notre avenir - comme si un presse-papiers stupide en forme de globe terrestre pouvait vraiment le faire. Mais il l'a fait. Il représentait tous nos voyages, il symbolisait nos rêves et il nous a donné tant d'espoir pour l'avenir.


Qui a disparu maintenant.


Parti, parti, parti.


J'ai jeté tous les autres objets - bon débarras ! Sayonara ! Mais je n'arrive pas à me débarrasser de mon presse-papiers. Je te demanderai peut-être de me le rendre un jour - quand je serai plus forte et plus indépendante émotionnellement. Mais pour l'instant, ce n'est qu'un triste et navrant rappel d'un énième échec romantique.


Au moins je t'ai toi, chère amie - tiens mon petit globe - et mon AMOUR - près de toi.


Merci !


-... moi.

Plus d'infos - ou d'exemples de fiches produits dont le storytelling a été imaginl et écrit par des auteurs - dans le recueil ou sur le site dédié à Significant Objects.


Vous savez ce que ces 3 textes ont en commun ? Ils ont une voix. Vous voulez apprendre à écrire des textes qui ont une voix ? Rejoignez Encre canaille.


Loris,

CF.